dimanche 22 janvier 2017

Comment je n'ai pas "aimé" l'Abbé Pierre

Henri-Jean Grouès, dit l'Abbé Pierre, est décédé il y a dix ans. 

D. ait son âme !

"[...] vos pensées ne sont pas vos pensées, et mes voies ne sont pas vos voies, déclare l'Eternel. Le ciel est bien plus haut que la terre. De même, mes voies ne sont pas vos voies, et mes pensées bien au-dessus de vos pensées" (Esaïe 55 : 8-9).

L'Abbé Pierre fut une personnalité très populaire. Une des personnalités préférées de la nébuleuse statistique dénommée "les Français".

L'Abbé Pierre "neutre" face aux fellaghas ?

Une de ses associations publiait un magazine intitulé "Faim & Soif" et sous-titré "La voix des hommes sans voix". Ma grand mère en était lectrice. L'année de mes onze ans, en vacances d'été chez mes grands parents paternels, je suis tombé sur un exemplaire de cette revue. Un article y relatait l'assassinat en Algérie d'un religieux chrétien par des fellaghas du FLN algérien (1). L'article était ainsi commenté : "Espérons que cette guerre ne va pas devenir une guerre de religions". Le commentaire m'a d'abord surpris, puis déçu et finalement déplu. Il m'a semblé que le rédacteur était neutre. Or, comment être neutre devant un conflit dans lequel j'aurais été impliqué physiquement si j'avais eu dix ans de plus ? 

L'Abbé Pierre pas ami de l'Ecole Libre ?

Plus tard, j'ai appris que le député M.R.P. (2) de Meurthe-et-Moselle Henri-Jean Grouès était, à la différence de la majorité de son groupe, très réservé envers la défense de "la liberté de l'enseignement", c'est-à-dire de l'école libre catholique (libre par rapport à un certain degré de contrôle de l'Etat). Or, j'étais élève de l'enseignement privé, non confessionnel ou confessionnel. Et une partie de ma famille vivait, si on peut dire, du réseau d'enseignement "libre".

L'Abbé Pierre résistantialiste ?

Plus tard encore, j'ai appris que le même député M.R.P. de Meurthe-et-Moselle était plus que réticent envers les mesures d'amnistie proposées par des gouvernements de la IVe République en faveur des personnes n'ayant pas fait le choix des vainqueurs au cours de la Guerre 39/45. Au nom de la Morale...Tu parles ! 

L'Abbé Pierre porte-flingue des lobbies immigrationnistes et "antiracistes" ?

Bien plus tard encore, dans les années 1990, la ligne rouge a été plus que dépassée lorsque j'ai appris que l'Abbé Pierre s'attendait à ce qu'au cours des trente années suivantes le nombre d'immigrés (3) soit multiplié par trois, et qu'il convenait de se préparer à leur accueil. Et quoi encore ?

L'Abbé Pierre, cible des lobbies de la Mémouare shoacentique !

Enfin, au milieu des années 1990, une polémique inattendue m'a rapproché de l'Abbé Pierre. Ce dernier avait cru pouvoir prendre la défense du philosophe Roger Garaudy (4), ancien communiste passé à l'Islam. Roger Garaudy, sympathisant de la cause palestinienne, avait publié un essai sur "Les mythes fondateurs de la politique israélienne" qui causa l'ire, non seulement des amis de l'Etat d'Israël, mais au-delà, des lobbies mémoriels shoacentriques. L'Abbé Pierre fut traîné dans la boue, on commença à mettre en cause ses titres de résistant pendant la Guerre 39/45, on l'accusa de déclarations mensongères. Cette cabale me le rendit un peu sympathique : un homme qui a contre lui la LICRA (5) , Elie Wiesel (6) , la firme Klarsfeld & Co. (7)  ne pouvait être foncièrement mauvais. Le fanatisme et l'outrance des lobbies shoacentriques m'ont rendu l'Abbé Pierre sympathique. Il fallait le faire.


N   O   T   E   S

(1) L'anecdote relatée se situe à l'époque de la Guerre d'Algérie (1954-1962) qui, contrairement à ce qui a été affirmé plus tard, était bien vécu par les contemporains comme une guerre.

(2) M.R.P. : Mouvement Républicain Populaire. Parti de la IVe République et des débuts de la Ve. A cessé ses activités en 1966, lesquelles ont été reprises par le Centre Démocrate (Jean Lecanuet). Le M.R.P. se réclamait de la démocratie chrétienne, défendait "la liberté de l'enseignement", c'est-à-dire dans le langage de l'époque le financement public des écoles privées et notamment de l'enseignement libre catholique. Le M.R.P. prônait une politique d'intégration européenne qui devait aboutir à la foindation d'un Etat fédéral européen. Le M.R.P. détint le portefeuille des Affaires Etrangères dans les gouvernements de la IVe République de 1948 à 1954.

(3) Par immigrés, on entend ici les personnes provenant des flux migratoires intercontinentaux sud-nord vers l'Europe.

(4) Roger Garaudy fut député communiste dans la première Assemblée Constituante d'avant la IVe République, celle qui accoucha d'une Constitution socialo-communiste qui fut rejetée par referendum. Ses engagements m'auraient dissuadé d'acheter un seul de ses livres. Un seul de ses propos des années 1970 m'avait marqué de façon positive et indélébile. Roger Garaudy affirmait qu'au cours du 21 siècle, en cas de victoire universel du socialisme, l'espérance de vie de l'être humain pourrait atteindre 300 ans. Je pensais qu'on pouvait faire l'économie d'un triomphe du socialisme, mais que les progrès annoncés de la médecine me permettraient avec un peu de chance de devenir un petit Mathusalem parmi d'autres. Cette espérance influence mon aversion envers les campagnes de promotion et de banalisation de l'euthanasie sous le couvert du "mourir dans la dignité".

(5) Sur la LICRA, voir :

 http://jeanmarielallau.blogspot.fr/2012/04/en-1983-le-ministre-ps-du-travail-qui.html

(6) Sur Elie Wiesel, voir : 

 http://jeanmarielallau.blogspot.fr/2016/07/un-curieux-prix-nobel-de-la-paix-elie.html

(7) Sur le gang Klarsfeld, voir notamment :

http://jeanmarielallau.blogspot.fr/2015/08/le-bonheur-terroriste.html