lundi 16 février 2015

Sortie de Ruth = sortie de route

Madame Ruth (prononcez : Route) Elkrief (prononcez : élkriéffe) est une journaliste de BFM TV née dans la communauté juive de Meknes (Maroc) en 1960. Elle a fait ses premiers pas de journaliste dans des médiats communautaires juifs. C'est ordinairement une journaliste compétente, souriante, agréable à suivre, modérée, sauf sur certains sujets où elle est sous l'influence... de points aveugles (blind spots).

J'avais déjà remarqué comme une certaine hargne à l'encontre de Dieudonné à l'automne 2013. Plus récemment, on avait pu noter l'orientation qu'elle donnait à l'interrogatoire auquel elle avait soumis un Eric Zemmour mal à l'aise et visiblement ému, lui reprochant d'avoir "réhabilité Pétain" dans son essai intitulé "Le suicide français". Ruth Elkrief suggérait également que E. Zemmour était emporté dans une spirale de surenchère pour faire le buzz, aller toujours plus loin dans le bris de tabous, complaire à son lectorat. En somme, son invité ne serait pas totalement sincère.

Ce lundi 16 février MMXV, le masque de modération est tombé et une pitoyable censeure est apparue.

Que s'est-il passé, et de quoi s'agit-il ?

Le matin du lundi 16 février MMXV, l'ancien président du Conseil Constitutionnel, ancien ministre socialiste des Affaires Etrangères Roland Dumas, était interrogé sur BFM TV par un journaliste vedette de la chaîne d'information continue : Jean-Jacques Bourdin. Roland Dumas évoquait l'action et le discours du Premier ministre Manuel Valls, et en attribuait certains aspects à des personnes qui exerceraient de l'influence sur lui. Quoi de plus évident ? Un homme politique du niveau de Valls s'entoure de conseillers officiels et officieux qui exercent sur lui une influence, ou .... ne servent à rien. Eric Zemmour, dont il était question plus haut, attribuait il y a quelques mois sur I-télé face à Nicolas Domenach, l'ambigüité de Nicolas Sarközy sur des questions de société à l'influence de son épouse Carla Bruni. Personne n'a rien trouvé à y redire.

Mais voilà que Jean-Jacques Bourdin provoque Roland Dumas. Comment ? En lui proposant une interprétation de sa pensée, selon laquelle Manuel Valls serait "sous influence juive". Ce n'était pas le propos de Roland Dumas. Surpris, hésitant, légèrement gêné, celui-ci semble accepter la traduction de sa pensée formulée par le journaliste. Il a ainsi signé son arrêt de mort médiatique. Et pourtant, il était fondé à estimer que Manuel Valls était "sous influence juive" puisque ledit Valls a déclaré il y a peu sur Radio Judaïca :

"Par ma femme, je suis lié de manière éternelle (sic) à la communauté juive et à Israël"

Le soir du lundi 16 février MMXV, Ruth-Route Elkriéf recevait Bernard-Henri Lévy. Le "philosophe" a noté que l'auteur initial de la formule concernant Manuel Valls "sous influence juive" était Jean-Jacques Bourdin qui avait piégé Roland Dumas. Ruth-Route Elkriéf a paru condamner les méthodes de son confrère sur le sort professionnel duquel il est permis d'être inquiet, en tout cas sur BFM TV.

Plus tard dans la soirée, Ruth-Route revenait sur le "scandale Dumas" avec d'autres confrères. Celui d'entre eux qui semblait présider le cénacle de journalistes sur le plateau s'est cru autorisé à rappeler l'aveu de Manuel Valls sur Radio Judaïca concernant le rôle de sa femme dans sa relation à la communauté juive et à Israël. Il a tout juste pu commencer à l'évoquer quand Ruth-Route est devenue quasi-hystérique, lui a imposé silence par un "non, ça ne justifie en rien les propos de Roland Dumas, non, non et non. Point (sic)". Autrement dit : tais-toi confrère, où je fais un malheur ! Le masque de Ruth-Route est tombé. Gêné, son confrère a dû se rabattre sur une rediffusion d'un propos de Manuel Valls condamnant les propos de Roland Dumas. Du reste, sur le plateau de TV, le pluralisme était limité,  et on était sommé de d'observer un consensus selon lequel l'assentiment de Roland Dumas à l'idée que Manuel Valls serait "sous influence juive" serait "inadmissible", "intolérable".

Roland Dumas n'avait pourtant que constaté ce que l'intéressé lui-même, Valls, avait reconnu sur Radio Judaïca dans un entretien où il qualifiait Dumas de "sale bonhomme" (sic). Et Valls de se vanter de cette influence, probablement pour s'attirer le moment venu les suffrages des auditeurs de Radio Judaïca et d'autres encore.

Ruth-Route Elkriéf a montré son visage de militante communautaire intolérante envers tout soupçon d'irrespect envers les sensibilités de certains éléments des communauté juive. Elle s'est montrée hystérique envers son confrère à qui elle a imposé silence, agacée par le rappel des aveux de Valls sur Radio Judaïca. Ruth a fait ....une sortie de route. Un carton rouge pour Ruth Elkrief.

Voir aussi :
http://jeanmarielallau.blogspot.fr/2015/02/lutte-contre-lantisemitisme-attention.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire