vendredi 18 février 2011

Arte Desinfo : Lindon l'histrion

                                 AVERTISSEMENT

 Ce message est rédigé et envoyé depuis le territoire de ce qu'il
convenu d'appeler la république française sur lequel s'applique
 la loi 90-615 du 13 juillet 1990, dite loi Fabius-Rocard-Gayssot,
 qui a supprimé la liberté de recherche historique, fortement restreint
 les libertés d'opinion et d'expression, suscité une Milice Zélote de la
Pensée qui interdit toute revisitation de certains aspects de la
guerre 5699 – 5705 du calendrier hébraïque. L'auteur du message est
soumis malgré lui aux contraintes posées par cette loi à l'abolition
de laquelle il a à coeur d'apporter sa pierre.
---------------------------------------------------------------------------­------------------------------
Février 2009

Sur Arte (Des)Info, la parole était donnée à un histrion nommé
 Lindon, de la race des signeurs de pétitions (est-il apparenté au sinistre
éditeur des Editions de Minuit ?). Lindon a fait un film qui met en scène un
"jeune Kurde", sa dulcinée qui a franchi la Manche, un type qui
apprend la natation au "jeune Kurde", et apporte une aide au séjour
irrégulier de l'intéressé dans ce qu'il est convenu d'appeler la
république vrôôônsaise.


Cette apologie des lobbies immigrationniste "représente" (sic)
la Vrôôônce à un festival cinématographique qui s'est tenu
à Berlin en février 2009.


Et Lindon d'exprimer son "indignation" : aujourd'hui, en
Vrôôônce, on peut être poursuivi pour avoir caché, ou aidé
au séjour irrégulier d'un clandestin, c'est-à-dire de quelqu'un
qui s'est introduit et se maintient par la force sur le territoire
du pays. Et notre histrion de comparer audacieusement
cette situation à celle des premières années du 58ème
siècle du calendrier hébraïque : la non assistance en
5702 ou 5703 de ce calendrier, à un "Juif" qui risquait
d'atterrir à Drancy.


Un clandestion aidé, Monsieur Lindon, une personne
dont on permet la prolongation du séjour irrégulier
(jusqu'à ce qu'elle soit régularisée), ou dont on
entrave le refoulement, empêche l'expulsion,
c'est une personne qu'on aura ensuite, le prétendu
"devoir" d'intégrer
.


Sans papier aujourd'hui,
Régularisé demain,
C'est le voisin qu'on vous imposera après-demain
.


M. Lindon et ses amis sont généreux avec ce qui n'est pas
à eux
: la politique d'intégration, tout le monde la paie :
par les impôts, par une moindre part du marché de
l'emploi et de l'habitat qu'il faut se partager entre
autochtones et personnes issues de flux migratoires
plus anciens etc...

 
Les Kurdes sans papiers chez Lindon !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire