dimanche 13 février 2011

W Il Cavaliere

En réponse à un message de Bruno Frappat sur le site de La Croix (7 octobre 2009) :


Je ne suis pas du tout d'accord avec l'Esprit Frappat.

 Il Cavaliere (Silvio Berlusconi) est l'homme politique européen que j'admire le plus.

 Il y a des signes qui ne trompent pas : l'ignoble chaîne à financement, mais à financement seulement..., franco-allemand, Arte, consacre des rubriques régulières sur Arte (Des)Info à la démolition du président du Conseil italien et de son gouvernement. C'est normal : Il Cavaliere a transgressé deux tabous : (1) en 1994, il a sorti le Mouvement Social Italien de la léproserie politique dans laquelle les fusilleurs de 1943-1946 le confinaient depuis plus d'un demi-siècle (depuis, ce mouvement a fait sa mue et son leader est même allé faire allégeance au mémorial de Yad Vashem); (2) il compte dans sa majorité mes amis de la Ligue du Nord qui fait de la résistance à la colonisation de peuplement de l'Europe par les suds du monde.

 Il y a une autre raison de préférer Silvio Berlusconi à ses adversaires : il a eu pour prédécesseur et successeur un certain Romano Prodi, ami du mult-millardaire Georges Sörös; je tiens Romano Prodi pour un sale type politique : en 1995, il est descendu dans la rue pour protester contre une sorte d'ordonnance de non lieu rendue par un tribunal militaire italien au bénéfice d' Erich Priebke, l'officier allemand qui avait dû gérer les représailles appelées par l'"héroïque" attentat de la Via Rasella par lequel les libertadors de 1944 avaient tué ou estropié à vie des soldats allemands par l'explosion d'une bombe dissimulée dans une poubelle. Jamais ce type n'aurait dû être nommé à la présidence de la Commission européenne, ni revenir à la tête du gouvernement italien d'où ses amis communistes l'avaient débarqué avant son repéchage à Bruxelles. On ne peut pas comparer Il Cavaliere au mari de Mme Bruni : il n'y a pas de Lega Nord en France (sinon, j'y prendrais ma carte) et il n'y a pas de résistance tolérée à la colonisation de peuplement.

Jean-Marie Lallau

A quoi l'Esprit Frappat à répondu par le commentaire : "C'est clair, sinistrement clair".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire